Embouteillage en tête… Attanasio tombe dans les pommes… Le journal de la course

Embouteillage en tête… Attanasio tombe dans les pommes… Le journal de la course


Romain Attanasio a pris un violent coup sur les côtes. — Loic VENANCE / AFP
Mercredi 13 janvier

Un peloton serré comme dans un sprint du Tour de France

En prenant plus de vitesse, Charlie Dalin a délogé de la première place Yannick Bestaven mercredi à la mi-journée, alors que Louis Burton est monté pour la première fois à la troisième place du Vendée Globe dans un classement très mouvant en tête de flotte depuis ces derniers jours. Dalin (Apivia) n’a qu’une infime avance (3,5 milles nautiques soit 6,5 km) sur Bestaven (Maître Coq IV) alors que les deux navigateurs se rapprochent de la latitude de Salvador de Bahia (Brésil).

Le classement :

1. Charlie Dalin (FRA/Apivia) à 4.428,2 milles de l’arrivée

2. Yannick Bestaven (FRA/Maître Coq IV) à 3,5 milles du premier

3. Louis Burton (FRA/Bureau Vallée 2) 21,2

4. Thomas Ruyant (FRA/LinkedOut) 24,4

5. Damien Seguin (FRA/Groupe Apicil) 42,5

Enfin l’heure des Foils ?

Jusqu’ici contraints par les conditions de course à faire profil bas, les fameux « foilers » de la dernière génération pourraient enfin tirer leur épingle du jeu lors de la remontée vers les Canaries, selon Boris Hermann (Seaexplorer – Yacht Club de Monaco), en embuscade derrière le peloton de tête.


« Pour l’instant, l’objectif est d’atteindre le vent stable qui me permet d’utiliser mes foils. Les alizés de Sud-Ouest ont l’air assez faibles. S’ils ne dépassent pas 11-12 nœuds je ne pourrai pas utiliser mes foils, à 13 nœuds ça pourrait fonctionner. Donc ça se joue à pas grand-chose. Les Alizés de Nord-Est semblent plus forts. On devrait les avoir jusqu’aux Canaries et après on atteindra les dépressions hivernales. Au DMG portant, dans de la mer formée, avec 35-38 nœuds de vent, des bateaux comme celui de Damien Seguin pourraient être très rapides. Le jeu est ouvert. Le foil aurait moins de portant et donc ça ouvrira le jeu à nouveau ! »

Attanasio est tombé dans les pommes

Plus loin, Romain Attanasio en a enfin terminé avec la dépression, mais le skipper de Pure – Best Wester, éreinté par la mauvaise météo, a heurté violemment un winch [la borne qui permet de contrôler le codage de la voile] alors qu’il était sorti sur le pont. Les côtes ont morflé : « Je suis un peu tombé dans les pommes, je pense, mais j’ai l’habitude. Mais ça me fait un mal de chien, quand je respire à fond seulement. J’ai la tête qui tourne. Et le temps que je fasse ça, le vent est passé au 260°, je suis vent arrière et plus au près, dans une mer de gueux. J’ai l’impression que c’est fini. »

Conditions difficiles à bord de @PUREvoile@BestWesternFr… « Mer de gueux » comme dirait @RomainAttanasio ! 🌊Le skipper s’est fait mal aux côtes, mais à priori rien de grave 💪 Il a fait un point avec le Dr. Jean-Yves Chauve. #VG2020 pic.twitter.com/HZLQYGTxRx— Vendée Globe (@VendeeGlobe) January 13, 2021

La houle du pacifique pour Le Diraison

Stéphane Le Diraison (Times for Ocean) a enfin franchi le Cap Horn, mais il a encore en tête la houle incroyable du Pacifique, qu’il a dû affronter pendant quatre longues journées : « Je me faisais sortir de la couchette. Je voyais foncer sur moi des immeubles. Le fichier m’annonçait de la houle de 7,5 mètres. Ça, c’est la moyenne du tiers des vagues les plus hautes. Quand tu es sur cette moyenne de fichier, ça veut dire que tu en vois régulièrement à 10 mètres et qu’il y en a plein à 8 ou 9 mètres. »





Ссылка на источник

error: Content is protected !!